الحضور القوي لرفيقنا الراحل الدشيش عبد اللطيف ليلة اعتقال الرفيق ابو النصر - مدونة نور الدين رياضي للعمل السياسي والنقابي والحقوقي

أحدث المشاركات

السبت، 24 أكتوبر 2020

الحضور القوي لرفيقنا الراحل الدشيش عبد اللطيف ليلة اعتقال الرفيق ابو النصر

 Sur la voie de la grande fête

Ils, elles n'ont pas besoin de mokkadmines, ni de chioukhs, ni de télévision et radio, ni de transport gratuit pour venir devant le tribunal de Aïn Sebaâ.
 Ils, elles n'ont compté que sur leurs propres moyens, et selon leur convictions. Ils, elles sont venu-es là au risque de se retrouver en prison, non pour dire VIVE tel ou tel, mais pour exiger la libération de leur compagnon de lutte, le camarade Mohamed Abounasr détenu pour "outrage à un officier de police".
    Elles, ils ont arraché la libération le militant Abounasr. Elles ont accueilli Abounasr avec des youyou. Des larmes de joie ont coulé.
    L'ambiance est indescriptible
          A quand la grande fête?
                   Ali Fkir
*****************
Le camarade Abounasr retrouve les sien-nes
                                          -------------------------
Les centaines de femmes et d'hommes venus de divers quartiers populaires, ont observé un sit in  devant le tribunal de Aïn Sebaâ avec un même objectif: LIBERER LE MILITANT ABOUNASR.
ELLES, ILS  ONT LIBERE LE CAMARADE ABOUNASR
 
ILS, ELLES CRIAIENT:
"NOUS NE RENTRERONS PAS SANS ABOUNASR LIBRE"
                          Ali Fkir
 
 
 
 
 La police a arrêté le camarade Abounasr
   Les masses populaires ont libéré le militant Abounasr
 
Des centaines d'habitant-es des quartiers populaires, des dizaines de militant-es des organisations démocratiques: syndicats, partis politiques, associations (AMDH en tête)  se sont retrouvé-es devant le tribunal de Aïn Sebaâ pour exiger la libération du camarade Mohamed Abounasr détenu depuis 48 heures dans les locaux de la police.
   Il a été présenté au procureur à 11h30 (jeudi 6 janvier 2011) avec un seul  chef d'accusation: outrage à un officier de police suite à un sit (dans le passé).
  La foule n'a pas quitté les lieux (scandant des slogans de solidarité avec le camarade, et de protestation contre la préfabrication des chefs d'inculpation...).
   Le camarade Abounasr, et grâce à la pression populaire, a été relâché vers 13h.
  Signalons que les enseignants chercheurs de l'université de Casablanca n'ont pas assuré les cours et se sont déplacés en masse pour exiger la libération de leur collègue, Mohamed Abounasr.
   C'est une première dans les anales de l'histoire des mouvements sociaux: les démuni-es sont descendus dans la rue pour exiger la libération d'un militant dévoué à leur cause
    C'est une preuve de plus que seule la lutte des masses conscientes et organisées est capable d'arracher des résultats tangibles.
   Ni les élections makhzaniennes, ni la phraséologie extrémiste, ni l'élitisme hautain ne peuvent en aucun cas constituer une voie de changement.
              Ali Fkir (6 janvier 2011












ليست هناك تعليقات:

إرسال تعليق