Sahara occidental: souvenirs personnels. Extraits du:"LE PETIT BERGER QUI DEVINT COMMUNISTE" (Ali Fkir) - مدونة نور الدين رياضي للعمل السياسي والنقابي والحقوقي

أحدث المشاركات

الثلاثاء، 17 نوفمبر 2020

Sahara occidental: souvenirs personnels. Extraits du:"LE PETIT BERGER QUI DEVINT COMMUNISTE" (Ali Fkir)

 Sahara occidental: souvenirs personnels.

Extraits du:"LE PETIT BERGER QUI DEVINT COMMUNISTE"

(Ali Fkir)

"....Les jeunes communistes tissèrent des liens avec des militants de la gauche palestinienne, de l’Erythrée, de Bahreïn, du Sahara occidental,…"

"A la veille du 4 mai 1970, à l’occasion de la visite au Maroc du ministre des affaires étrangères de l’Espagne, Lopez Bravo, le comité des résidents décida d’appeler les étudiants à observer une grève générale et un rassemblement au restaurant universitaire le 4 mai.

Pourquoi le 4 mai ? bien sûr il y avait la visite de Lopez Bravo. Mais le jeune communiste avait en tête le soulèvement des étudiants chinois le 4 mai 1919, soulèvement qui a marqué l’histoire de la Chine, soulèvement qui avaient joué un rôle important dans le fleurissement des idées révolutionnaires qui allaient contribuer à la naissance du parti communiste chinois en juillet 1921.

Le 3 mai, le jeune communiste alla trouver le grand communiste Aziz Belal qui lui fournit des informations essentiellement économiques sur le Sahara Occidental. Le côté politique, le jeune avait ses idées à lui, idées enrichies par des discussions avec le militant Serfaty qui était au courant du projet, et avec des militants sahraouis qui préparaient déjà le soulèvement d’El Ayoune en juin 1970.

Sans coordination aucune avec le CE de l’UNEM, le comité des résidents et des résidentes annonça le soir du 3 mai l’idée par affiches et tracts. Les jeunes communistes, les révolutionnaires ittihadis se mobilisèrent et la grève du 4 mai fut un grand succès. GREVE purement POLITIQUE. Le meeting a eu lieu. Le jeune communiste prit le premier la parole puis céda la place à Lakhsassi qui était là. Personne n’avait parlé de la marocanité du Sahara. Le jeune avait insisté sur le principe de la décolonisation, sur la solidarité avec la résistance sahraouie et avait dénoncé les tractations/collusion entre les régimes de Franco et de Hassan II et cela aux dépens des intérêts des peuples de la région.

…………"

"El-Ouali Moustapha Sayed était le porte-parole des sahraouis. Il serait tué par l’aviation française en 1976 aux frontières mauritaniennes. La discussion avec eux tournait autour de l’idéologie. Les militants marocains leur reprochaient de 

ne pas se déclarer marxistes. El Ouali répondit que leur mouvement était un mouvement de libération nationale et non un mouvement de la classe ouvrière.

Personne n’avait parlé de la marocanité du Sahara Occidental. Ahmed Herzeni, ainsi que des unfpéistes étaient présents. Herzeni avait écouté sans prendre la parole.

Sous la direction d’El Ouali, des sahraouis avaient rencontré Abderrahim Bouabid, Abdellah Ibrahim, Ali Yata, Mahjoub Ben Seddik, Allal El Fassi pour consultation et appui. Ces derniers avaient conseillé aux sahraouis de s’adresser directement au cabinet royal.

Rappelons que depuis le soulèvement d’El Ayoune, juin 1970, maté dans le sang, les sahraouis se préparaient à créer le Front Polisario, chose faite concrètement au début de 1973.

Le jeune avait vu pour la dernière fois le martyr El Ouali au printemps de 1971 à l’ENA de Meknès au cours d’une conférence animée par le jeune. El Ouali était là certainement pour d’autres raisons."....



ليست هناك تعليقات:

إرسال تعليق